..:: Site des irréductibles ::..
04/04/2007 - Fabrice Courcier

Interview fabrice courcier

Présentation de Fabrice Courcier

Prénom : Fabrice

Prénom : Courcier

Date de naissance : 10/02/1968

Lieu de naissance : Lille

Clubs précédents : Dechy N3(1984-1985) , Reims N2 (1985-1987), Saint Quentin N1B(1987-1988), Saint Quentin N1A( 1988-1990), Sceaux N1B(1990-1991), BCM N1A(1991-1993), Sceaux PRO A (1993-1994), Montpellier PRO A (1994-1995), Evreux PRO A (1995-1996), Tourcoing N2(1996-1998).

Carrière entraîneur : Assistant coach et directeur du centre de formation du BCM (2000-2003),Coach du BCM suite au licenciement de Jean Luc Monschau ( Novembre 2003-2006), Saint Amand les Eaux (2006)

Palmarès : - Vainqueur du trophée du futur(2003)
- Finaliste du championnat de France(2004)
- Finaliste de la semaine des AS (2005)
-Vainqueur de la coupe de France(2005)

2. Interview de Fabrice Courcier


1. Merci beaucoup de nous accorder cet interview, Pourrais tu donner un peu de tes nouvelles aux supporters ?

Des nouvelles un peu attristées car on a pris une bonne leçon de basket ce soir (ndrl interview réalisé après le match Saint Amand Arras).Je suis à Saint Amand afin de réaliser un projet qui a une certaine cohérence par rapport à là ou on veut aller. Ce projet prend un peu plus de temps que prévu à réaliser notamment dans le basket mais j’ai confiance pour amener à terme le club dans le haut de tableau du basket féminin.


2. Quel est ton sentiment sur les résultats de St Amand cette saison ?
Sont ils conformes à tes attentes ?


Très moyen dans la capacité à être régulier. On a été capable de battre Valenciennes et Villeneuve d’Ascq qui sont parmi les meilleures équipes du championnat et de perdre comme ce soir de 20 points contre Arras qui est une équipe du même niveau que nous. La difficulté est dans la capacité à répéter les efforts en continu. On n’est pas capable de la faire car à un moment donné on manque de discipline, de leader sur le terrain et de faiblesse par rapport au talent on n’a pas suffisamment de point de fixation pour avoir un basket cohérent.


3. Quels sont les principales différences que tu as relevées entre le basket masculin et féminin ?

Il y en a énormément notamment dans la gestion du groupe .Le basket féminin demande encore plus de psychologie encore plus de retenue par rapport à leur vie privée, il faut que les joueuses soit bien dans leur vie privé pour être le plus rentable possible sur le terrain. Les joueurs de basket masculin jouent uniquement sur le coté sportif tandis qu’au féminin elles se concentrent certes sur le sportif mais beaucoup sur leur vie privée.

4. Suit tu toujours les résultats du BCM ?

Oui je les suis toujours car c’est le seul club de l’élite dans le nord (rire).Sérieusement bien sur que je suis toujours les résultats du BCM car je ne l’ai jamais caché c’est un club que j’aime énormément qui fait parti de mes racines. C’est un club que j’aime voir gagner. Je suis toujours très déçu lorsqu’il y a une défaite mais à la rigueur je suis devenu un simple supporter comme vous, mais je suis l’évolution tant sur le terrain que dans son fonctionnement même.

5. Quel image gardes tu de tes 3 années à la tête du club ?

La finale de la coupe de France 2005 car ça a été une formidable aventure humaine avec les gens qui travaillaient avec moi et les joueurs. Cela s’est soldé par une aventure humaine multipliée par 5 000 avec la présence de tous les Gravelinois et Dunkerquois dans les tribunes de bercy. C’était quelque chose de fabuleux et inexplicable.
Il y a eu aussi le premier match à la tête de l’équipe suite au départ de Jean Luc car ça a marqué le début d'une grande aventure, d’une nouvelle vie pour moi.
A domicile il y a eu un nombre incalculable de matchs exceptionnels car l’ambiance était telle qu’à chaque rencontre on peut retirer des moments forts et intenses.


6. Que penses tu des supporters du BCM ?

Ils ont la capacité à sublimer les joueurs dans les moments difficiles maintenant on est toujours sur la même logique, si on est capable d’offrir une salle avec plus de vrais supporters que de partenaires cela fait encore plus d’effet .J’ai eu cette possibilité de jouer dans une salle pleine avec des supporters exceptionnels et une ambiance de feu, c’est un côté que je ne retrouve pas dans la ligue féminine. C’est certains que lorsque l’on a passé autant de temps avec de tels supporters proches des joueurs et du staff sa touche beaucoup et la manière de leur rendre cet amour, c’était de gagner les matchs.

7. La forte communion avec les supporters du BCM lors de la finale de la coupe de France restera sans doute pour toi un des moments forts de ta carrière émotionnellement ?

J’ai vécu une carrière de joueurs ou j’ai des repères d’ambiance avec les 3 ans que j’ai fait à Saint Quentin. On était dans la même mentalité avec des gens qui se saignaient pour venir à la salle, ils le faisaient parce que derrière ils savaient que ça trichaitpas. ils avaient tellement soif d’être le samedi pour venir donc ça je l’ai retrouvé en tant que joueurs durant mes 2 ans à Gravelines et mes 6 ans de coach. Les supporters du BCM sont vraiment bien et ma manière de leur rendre c’était d’assurer mon rôle de coach de prendre les bonnes décisions et faire gagner l’équipe, ce n’était pas toujours facile mais j’ai assumé.

8. Quel est le joueur qui t’aura le plus marqué lors de ton passage au BCM ?

Il y en a énormément et se serait difficile à pouvoir en sortir quelques uns du lot. Sur la longueur un garçon comme Dainius est vraiment très bien. A mes début il y avait un peu le porte drapeau de l’équipe avec Danny Strong. Après il y a un garçon comme Laurent Sciarra qui a été un moteur qui me semblait essentiel dans mon projet avec le club. Des garçons comme Rahshon Turner et André Owens ont également un très bon esprit. Mais c’est difficile de retirer un joueur je retiens plus l’ambiance générale.
Après au delà des joueurs il y a aussi le staff avec lequel j’ai vécu. Les 6 ans que j’ai fait, je les ai fait avec Christophe Millois , 3 ans avec Jean Luc , 6 ans avec Michel Pzybilla , 6 ans avec Jean Luc Vandevale à un moment donné il y a des liens qui se forment. Ce qui m’attriste le plus c’est que mon départ est celui d’un coach professionnel en fin de contrat mais c’est que tous ensemble on avait réussit à construire quelque chose mais que maintenant Christophe est redescendu en espoir alors qu’il faisait parti intégrante de l’équipe finaliste du championnat de France , finaliste de la semaine des as et vainqueur de la finale de la coupe de France et du trophée des champions et derrière on avait aussi un staff médicale qui était aussi dans cette aventure et aujourd’hui que l’on a pu l’entraîneur c’est normal , que l’on a un autre assistant c’est un choix mais que l’on a pu le staff médical c’est décevant maintenant je ne dis pas cela pour polémiquer je le dis car j’ai vécu des moments énormes avec ces gens là. J’accepte mon sort car je suis pro, eux l’acceptent aussi car ils sont professionnels mais ceux qui m’attriste beaucoup c’est cela.

9. En tant que joueur y a-t-il quelqu’un qui t’aura marqué?

Tous mes coachs .Si aujourd’hui je fait ce métier c’est grâce à eux. Ils m’ont donné cette envie et m’ont poussé à surtout penser au collectif avant de penser à mon cas personnel .Certains m’ont apporté plus dans la technique, d’autres plus dans la gestion de groupe. J ‘ai essayé de me construire avec ce que j’ai vécu au contact des autres c’est ça qui est riche et j’ai voulu garder cela avec mes joueurs c’est à dire j’assume les choix je les prend je demande à ce que les joueurs les assument aussi .Le plus important ce n’est pas l’individu c’est le collectif c’est ma philosophie. On gagne et on perd ensemble.

10. Que représente pour toi le trophée que tu as reçu de la part des supporters ?

C’est quelque chose qui m’a beaucoup touché car mine de rien durant 6 ans ont a été marié ensemble. On a tous vécu des moments forts et plus délicats. Au terme de ces 6 ans recevoir un trophée qui vient de votre propre initiative cela correspond pour moi à une certaine récompense, d’avoir fait partie de votre groupe et réussir cela ça veut dire que j’ai réussit mon job et réussi à communiquer avec vous donc forcément pour moi c’est très grand.


11. Que représente pour toi le fait de voir que des supporters du BCM viennent te voir à Saint Amand ?

Cela fait plusieurs fois déjà ce soir, à Valenciennes, à Calais. Moi je regrette d’être venu qu’une fois à Gravelines vous voir (ndrl contre Gérone). J’ai vécu des moments fabuleux avec beaucoup d’échange et si j’ai l’occasion de voir des supporters du BCM dans la rue ou ici j’aurais toujours le même état d’esprit de prendre quelques minutes pour discuter. Ce qui m’intéresse c’est que l’on prennent plaisir de se revoir et pour moi les supporters du BCM seront toujours les bien venus à Saint Amand et je les accueillerai avec beaucoup de chaleur .La prochaine fois que vous viendrez je vous demande de juste venir avec vos matériels de supporters car ici on est un peu juste et on a besoin de votre aide (rire).


Pour finir un grand merci à Fabrice pour sa gentillesse et sa disponibilité et aussi un grand merci de la part de tous les supporters du BCM pour tout ce que tu as fais au club et nous te souhaitons sincèrement beaucoup de réussite avec St Amand.

jo et marc